La biodiversité à l’épreuve des choix d’aménagement : une approche par la modélisation appliquée à la Région Occitanie

Pour une meilleure application de la séquence Eviter-Réduire-Compenser

PNG - 145.5 ko
Revue 31

Les difficultés de mise en application de la séquence ERC émanent souvent du manque de vision et de coordination territoriale et stratégique de l’aménagement du territoire. Les politiques d’aménage­ment doivent se penser en cohérence avec les politiques de conservation de la biodiversité.

Au niveau régional, le Schéma Régional d’Aménagement, du Développement Durable et d’Egalité des Territoires (SRADDET), document de planification, permet aux Collectivités de répondre à cette mise en cohérence des politiques sectorielles du territoire en évaluant les besoins en aménagement tout en anticipant les impacts environnementaux.

La Région Occitanie, déjà très sensible aux enjeux de la conservation de la biodiversité, a souhaité, au travers de son SRADDET dont les objectifs sont fixés à l’horizon 2040, se doter d’un plan d’actions en matière de foncier comportant un volet ERC afin de mettre en place une meilleure application de cette séquence.

Dans l’article publié dans la revue Sciences, Eaux et Territoires n°31 en janvier dernier, la Région Occitanie en collaboration avec l’université de Montpellier, s’est vue proposer une démarche méthodologique basée sur les outils de la modélisation afin de co-construire différents scénarios d’aménagement.
Trois scénarios ont été retenus afin d’évaluer les impacts des tendances actuelles de consommation de l’espace et d’élaborer des pistes de réflexion sur les possibles limitations de l’expansion urbaine d’ici à 2040 (exemple : le scénario « facteur 4 » dans lequel la consommation tendancielle de surfaces par habitant serait divisé par 4 en accord avec les objectifs du SRADDET « Occitanie 2040 »).
Afin de mieux sensibiliser les décideurs aux effets de leurs choix d’aménagement, cette démarche a pour objectif d’évaluer quantitati­vement et géographiquement l’impact écologique des dyna­miques urbaines, plus ou moins consommatrices d’es­pace.
Celle-ci a, dans un premier temps, été testée à des échelles spatiales plus fines ; "zooms" à l’échelle EPCI.

Ce travail collaboratif a ainsi permis d’accompagner les élus régionaux dans la mise en œuvre d’une « stratégie régionale ERC » et a également contribué aux échanges de la Communauté régionale Occitanie « Eviter-Réduire-Compenser » (CRERCO) .

L’article précise notamment que l’évitement géographique à lui seul de zones à forts enjeux écologiques ne suffit pas à limiter l’érosion de la biodiversité. Les choix concernant les « modes » d’aménagement sont centraux dans la conservation de la biodiversité. Ces travaux invitent cependant à porter des réflexions plus larges sur les modes de développement souhaitables et envisageables dans un contexte de changements globaux.

Prendre connaissance de l’article

Le télécharger